samedi 16 décembre 2017

1 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.

[Visiteur - Connexion]

deconnexion

Inscription


Chercher avec google
Google search
Recherche
Activité du Site

Pages vues depuis 04/02/2000 : 2 011 681

  • Nb. de Membres : 179
  • Nb. d'Articles : 189
  • Nb. de Forums : 8
  • Nb. de Sujets : 4
  • Nb. de Critiques : 1

Top 30  Statistiques

Valeurs Actuelles - 10/11/11

Charles Aznavour, écriture bohème



Stéphane Koechlin le jeudi, 10/11/2011 dans Actualités

À 87 ans, le chanteur semble entamer une seconde vie vouée à l’écriture en prose, même s’il continue à composer et à se produire sur scène.

Aznavour a chanté tous les moments de la vie, “Paris au mois d’août” pour ceux qui ne partent pas en vacances, sa haine du dimanche puis les petits matins… Mais on vous parle d’un temps que les moins de… Nous connaissons cela par coeur, tout comme le visage un peu chiffonné de Charles, son expression d’inquiétude aussi qui s’affiche ces temps-ci sur nos écrans. On dit qu’il a planté un olivier. Geste éminemment symbolique d’un vieil homme avant son grand départ ? Peut-être. Mais il semble faire tout son possible pour repousser la disparition.

C’est son âge d’or que les livres et émissions célèbrent en cet automne. Une biographie très documentée écrite par Raoul Bellaïche, Aznavour, “Non, je n’ai rien oublié”, retrace le parcours tourmenté du petit Arménien né à Paris en 1924, et qui “s’voyait déjà” au sommet de l’affiche alors que les Allemands occupaient la France. Agréablement écrit, l’ouvrage balaie le siècle aznavourien, même s’il passe un peu vite sur les relations de Charles avec Édith Piaf, sa protectrice attentive, dont il sera le chauffeur, l’éclairagiste et le compositeur. On a connu Édith et Marcel (Cerdan), on pourrait tourner un film sur Édith et Charles. Ils se sont rencontrés dans une salle de spectacle où se produisaient Charles et son complice Pierre Roche, elle trouva le petit Aznavour mignon, et il la suivit, prêt à entendre les vérités désagréables de la star. « Ton nez, il est pas bon pour la scène, lui disait-elle, il faut le changer. »

Il aurait pu être cassé mille fois, à l’image de ce musicien fragile qu’il interpréta en 1960 dans le beau film de Truf faut, Tirez sur le pianiste, d’après le ro man de David Goodis, et qui impressionna tant Bob Dylan décidé à res sembler à ce drôle de Français maudit enseveli par la neige. Dans la vie, Charles ré sista heureusement beaucoup mieux, offrant au patrimoine de magnifiques romances, Tu t’laisses aller, For Me For midableou les Comédiens… De quoi suffire au crépuscule de sa vie. Car même s’il publie un nouvel album, Azna vour toujours, il semble préférer aujourd’hui écrire des livres plutôt que d’essayer de faire oublier la Bohème.

La toute fraîche maison d’édition Don Quichotte accompagne cette nouvelle envie avec beaucoup de suc cès. Elle publie un recueil de notes personnelles, émou vant testament pris sur le vif où le grand Charles donne des conseils aux jeunes, se plaint de son côté brouillon, évoque sa rencontre avec Jean Cocteau qui lui écrivit des livres et ne veut pas entendre parler de retraite.

Dans son livre, Aznavour annonce son retour à l’Olympia après trente-deux ans d’absence, promet que les spectacles de sa tournée d’automne seront sobres, mais, avec cette désarmante sincérité qui le définit, il s’inquiète. Et s’il avait des trous de mémoire ? « Nous verrons bien. Je ne vais pas faire des noeuds au cerveau en attendant. Ceux qui seront là sont ceux qui m’aiment. » Stéphane Koechlin

En concert...

Zénith de Toulouse,les12et13novembre.

Dôme de Marseille, les 17 et 18.

Zénith de Nantes, les 24 et 25.

Cube, à Troyes, le 30.

Puis Halle Tony-Garnier, à Lyon, les 1er et 2 décembre.



Précédent |  Suivant

Temps : 0.3437 seconde(s)